Sunday, December 11, 2016

L’auto-compassion : mécanisme protecteur des conséquences négatives liées à l’objectivation sexuelle



« Ma conscience a pour moi plus de poids que l’opinion de tout le monde. »         
Marcus Tullius Cicero

Objectivation sexuelle
L’objectivation sexuelle, c’est la tendance à considérer ou à traiter une personne comme un objet sexuel, comme un corps à consommer1. Ce phénomène d’objectivation sexuelle ou de sexualisation est présent au quotidien dans les médias (télévision, publicité, magazines, jeux vidéo, etc.). En effet, la société occidentale actuelle impose les normes de beauté en véhiculant des images sexualisées, idéalisées et stéréotypées de femmes et des hommes qui ne sont pas sans conséquence pour le grand public. L’impossibilité pour une personne de ressembler ou de s’identifier à une construction inatteignable ou à un modèle parfait peut avoir pour elle des conséquences négatives2. Actuellement, les recherches démontrent que les femmes sont davantage concernées par ce phénomène, qui pousse certaines d’entre-elles à accorder une importance extrême à leur apparence et plus particulièrement à leur poids (idéal de minceur). Du côté des hommes, on constate plutôt une focalisation sur l’épaisseur de leurs muscles (idéal de musculature)3.

Source : Flickr
Dans un article consacré à la théorie de l’objectivation, nous avons détaillé les conséquences négatives liées à l’internalisation des standards de beauté chez les hommes et les femmes. Spécifiquement, nous avons mis en évidence que certaines personnes peuvent être amenées à intérioriser le regard d’autrui sur elles-mêmes. En d’autres termes, les hommes et les femmes peuvent adopter le point de vue d’un observateur sur leur propre corps et considérer ce dernier comme un objet qui peut être regardé, évalué, jugé ou désiré par les autres. Cette focalisation sur son apparence peut engendrer des conséquences négatives comme une baisse de l’estime de soi, du stress, de l’anxiété, de la dépression ou encore de la honte corporelle4.

Comment se protéger des conséquences négatives liées à l’objectivation sexuelle ?

Auto-compassion
Récemment, des chercheurs se sont intéressés aux liens entre l’auto-compassion (avoir de la compassion pour soi-même) et l’image corporelle. Curieusement, les trois composantes de l’auto-compassion, à savoir la bienveillance envers soi-même, la reconnaissance de son humanité et la pleine conscience, influencent positivement la relation entre l’image du corps et l’estime de soi5. Par exemple, la bienveillance envers soi-même, opposée à l’autocritique, joue un rôle dans la manière dont les individus perçoivent leur propre corps en adoptant un point de vue moins critique sur leur apparence. Deuxièmement, la reconnaissance de son humanité induit l’idée que l’erreur est humaine et que personne n’est parfait. De fait, cette reconnaissance peut permettre aux individus de rationaliser leurs imperfections et de ne pas se sentir isolés face à leurs expériences négatives. Enfin, la pleine conscience va permettre aux personnes de mettre en évidence leurs émotions négatives afin de pouvoir les nommer, mais surtout d’aider ces dernières à les accepter.

De plus, les recherches démontrent les nombreuses conséquences positives de l’auto-compassion. Plus spécifiquement, l’auto-compassion est associée positivement et significativement avec une bonne santé mentale (e.g., bonheur, optimisme, émotion positive, ouverture d’esprit, initiative personnelle) et a un impact positif sur le stress, la dépression et l’anxiété sociale678

Source : Flickr

L’auto-compassion protège-t-elle réellement des conséquences négatives liées à l'objectivation sexuelle ?

Récemment, Albertson, Neff, et Dill-Shackleford (2014) ont souhaité tester directement les effets de l’auto-compassion sur l’image du corps chez les femmes grâce à des séances de méditation et de pleine conscience9. Pour ce faire, l’équipe de chercheurs a recruté via internet (e.g., LinkedIn, Twitter, Facebook et d’autres sites liés à la perte de poids) 228 femmes âgées de 18 à 60 ans qui affirmaient être concernées par leur image corporelle. La grande majorité des participantes était caucasienne et vivait aux Etats-Unis (95 %). Ensuite, les chercheurs ont divisé leurs participantes en deux groupes égaux. Le premier comportait des femmes qui allaient entamer un travail de pleine conscience pendant trois semaines. Le second comportait des participantes qui n’avaient rien de particulier à faire pendant ces trois semaines (groupe contrôle). Spécifiquement, les participantes dans la condition d’auto-compassion devaient écouter des enregistrements audio de méditation guidée d’une vingtaine de minutes chaque jour pendant 21 jours. La première semaine, les exercices consistaient à amener l’auditrice à prendre conscience des états internes et externes de son propre corps de manière bienveillante et sans jugement. Lors de la deuxième semaine, les participantes étaient amenées au travers des séances de pleine conscience à scanner leur corps, leurs sensations et émotions tout en contrôlant leur respiration via toute une série d’exercices (e.g., prendre une grande respiration pour laisser aller toutes les tensions, apprécier chaque bouffée d’air que l’on offre à son propre corps). Durant la troisième et dernière semaine, les participantes étaient amenées à adopter une perspective bienveillante sur leurs expériences de souffrances. Avant les trois semaines et après, les participantes des deux groupes ont complété des échelles mesurant l’auto-compassion, l’appréciation du corps, la honte corporelle et la dépréciation du corps. Au terme de l’expérience, les chercheurs mettent en évidence que l’écoute de podcasts de méditation guidée a un impact positif sur l’auto-compassion ainsi que sur la manière dont les femmes perçoivent leur propre corps. Spécifiquement, la pratique de méditation a joué un rôle bénéfique sur les dimensions sous-jacentes de l’auto-compassion, à savoir la bienveillance envers soi-même, l’auto-jugement, la reconnaissance de son humanité, l’isolation, la pleine conscience et sur l’identification ainsi que sur les dimensions liées à l’image du corps, comme une réduction du sentiment de honte corporelle ou d’insatisfaction par rapport à leur propre corps.

Source : Flickr

Par la suite, la littérature a renforcé ces découvertes en démontrant que les individus qui possèdent un haut niveau d’auto-compassion s’engagent moins dans des processus d’auto-surveillance de leur corps, ressentent moins de honte corporelle et sont moins concernés par les troubles alimentaires en comparaison avec les individus ayant un faible niveau d’auto-compassion10.

En guise de conclusion, on peut dire que les recherches récentes dans le domaine de l’auto-compassion montrent ses nombreuses conséquences positives sur la santé mentale. Plus particulièrement, l’auto-compassion permet d’adopter un point de vue différent et davantage bienveillant sur la manière dont les individus perçoivent leur propre corps. De fait, la littérature actuelle démontre le rôle protecteur que peut avoir l’auto-compassion face aux conséquences négatives de l’objectivation sexuelle. Dès lors, la pratique régulière (e.g., médiation, pleine consciente, yoga) semble être une piste prometteuse pour favoriser une meilleure acceptation de son corps chez les hommes et les femmes afin de moins ressentir les pressions exercées par la société actuelle.

Rédigé par Robin Wollast, doctorant au sein du centre de recherche en psychologie sociale et interculturelle.

Références

1.      Bartky, S. L. (1990). Femininity and domination: Studies in the phenomenology of oppression. New York, NY: Routledge.

2.      Fredrickson, B. L., & Roberts, T.-A. (1997). Objectification theory: Toward understanding women’s lived experiences and mental health risks. Psychology of Women Quarterly, 21, 173–206. doi:10.1111/j.1471-6402.1997.tb00108.x

3.      Leit, R. A., Pope, H. G., & Gray, J. J. (2001). Cultural expectations of muscularity in men: The evolution of Playgirl centerfolds. International Journal of Eating Disorders, 29(1), 90-93. doi:10.1002/1098-108X(200101)29:1\90:AID-EAT15[3.0.CO;2-F.

4.      Fredrickson, B. L., Roberts, T.-A., Noll, S. M., Quinn, D. M., & Twenge, J. M. (1998). “That swimsuit becomes you: Sex differences in self-objectification, restrained eating, and math performance”: Journal of Personality and Social Psychology, 75(5). doi:10.1037/h0090332

5.      Neff, K. D. (2003). The Development and Validation of a Scale to Measure Self-Compassion. Self and Identity, 2(3), 223–250. doi:10.1080/15298860309027

6.      Neff, K. D., & McGehee, P. (2010). Self-compassion and Psychological Resilience Among Adolescents and Young Adults. Self and Identity, 9(3), 225–240. doi:10.1080/15298860902979307

7.      Olson, K., Kemper, K. J., & Mahan, J. D. (2015). What Factors Promote Resilience and Protect Against Burnout in First-Year Pediatric and Medicine-Pediatric Residents? Journal of Evidence-Based Complementary & Alternative Medicine, 20(3), 192–198. doi:10.1177/2156587214568894

8.      Gilbert, P., & Procter, S. (2006). Compassionate mind training for people with high shame and self-criticism: overview and pilot study of a group therapy approach. Clinical Psychology & Psychotherapy, 13(6), 353–379. doi:10.1002/cpp.507

9.      Albertson, E. R., Neff, K. D., & Dill-Shackleford, K. E. (2014). Self-Compassion and Body Dissatisfaction in Women: A Randomized Controlled Trial of a Brief Meditation Intervention. Mindfulness, 6(3), 444–454. doi:10.1007/s12671-014-0277-3

10.  Liss, M., & Erchull, M. J. (2015). Not hating what you see: Self-compassion may protect against negative mental health variables connected to self-objectification in college women. Body Image, 14, 5–12. doi:10.1016/j.bodyim.2015.02.006

1 comment: